S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Témoignage de Jardinier

Découvrez qui se cache derrière le profil des Petites Ruches et rejoignez ses groupes !
© C.Locqueville

© C.Locqueville

Créé en 2010 en Bourgogne, le jardin des Petites Ruches profite des petits soins de Céline, paysagiste apicultrice, et d’Alain, spécialiste en construction en bois. Leur objectif est que chaque visiteur reparte avec un regard nouveau sur ce qu’est le jardin au naturel et repense le jardin à la façon de Gilles Clément, dont cette citation décrit bien le parti pris au jardin des Petites Ruches : « De quoi avons-nous peur au juste ? […] Il y a dans l’ombre épaisse des sous-bois ou dans la fange des marécages, une inquiétude que l’inconscient tend à chasser. Ce qui est net et clair rassure. Tout le reste est peuplé d’elfes maléfiques… […] Pour changer de jardins, il nous faut changer de légende : il me semble que nous en ayons les moyens. »

© C.Locqueville

© C.Locqueville

Que trouve-t-on dans les groupes gérés par Céline ?

Connue sous le pseudonyme des Petites Ruches, Céline est l’administratrice des groupes de discussion « Mal rasés… Jardins aux herbes folles ! » et « Jardins amis des abeilles », des espaces d’échanges privilégiés où se retrouvent déjà une quarantaine de jardiniers !

Privilégier la création de parcours dans la pelouse grâce aux cheminements de la tondeuse, différents chaque année, permet de découvrir de nouvelles facettes de son jardin et d’offrir à la faune toutes les cachettes dont elle a besoin.

Et si l’herbe devient trop haute, à la fin de la belle saison, un petit coup de faux ou de cisaille permettra de recouper les grandes herbes pour laisser respirer la terre, et préparer la place pour le décor de printemps.

Venez ici partager vos conseils et photos de vos trouvailles et surprises au jardin !

Apicultrice, Céline met un point d’honneur à préserver à la fois les abeilles domestiques et les abeilles sauvages.

Face au déclin actuel des abeilles, Alain et elle ont souhaité accueillir des colonies d’abeilles et les laisser vivre le plus naturellement possible : qu’elles mangent uniquement leur propre miel (pas de sucre), qu’elles construisent leur cire (pas de cire gaufrée), et qu’elles ne soient jamais dérangées (pas d’ouverture des ruches, qui ne comportent pas de cadres).

N’hésitez pas à rejoindre et à alimenter ce groupe ou à demander conseil !

Vous souhaitez échanger sur des sujets de jardinage qui vous tiennent à cœur ? N’hésitez plus et devenez vous aussi administrateur !

© C.Locqueville

© C.Locqueville

Les conseils que Céline souhaite transmettre pour accueillir plus de biodiversité au jardin

  • Accueillir des fleurs au jardin

Planter des haies fleuries (pas de thuyas),

Semer des carrés de prairies fleuries, tondre moins : tondre des allées et laisser des îlots de pelouse non tondus (trèfle, pissenlit).

  • Installer une petite ruche de biodiversité dans son jardin

Réserver un coin de son jardin à l’implantation d’une ruche où les abeilles vivront librement, naturellement : elles ne seront pas dérangées ni manipulées, et vivront de façon autonome de leurs propres réserves de miel.

Ceci contribuera à la préservation de l’abeille, ainsi qu’à la pollinisation des arbres fruitiers et des plantes potagères.

Cette forme « d’apiculture », très différente de l’apiculture de production, peut se pratiquer avec une ruche Warré, une ruche en paille, ou encore une ruche-tronc.

Il est essentiel de remettre des ruches dans nos jardins comme cela se pratiquait autrefois, pour permettre une bonne fructification des fruits et des légumes.

  • Ne pas utiliser de pesticides (désherbants, insecticides) : jardiner autrement.
  • Fabriquer des nichoirs pour les abeilles solitaires

Plus accessibles à tous que les ruches, les « hôtels à insectes » : vous pouvez facilement bricoler ces abris pour les abeilles sauvages, dites solitaires. Ces abeilles ne piquent pas, et ne font pas de miel, mais sont néanmoins très précieuses et tout aussi menacées que les abeilles à miel…

Beaucoup de ces nichoirs sont installés aux Petites Ruches. Nous leur avons même construit de très beaux « murs à insectes » spéciaux avec des petites niches de différents diamètres.

 

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis