S'informer : La biodiversité des jardins

Animaux, plantes et habitats font la richesse de votre jardin et participent à son équilibre et à son esthétisme. Cette rubrique vous permet de mieux connaître cette biodiversité et vous donnera des conseils pour l’accueillir dans votre jardin !

La moutarde

Une plante pleine de ressources !

Avant de finir dans votre assiette pour donner du piquant à vos salades, la moutarde, jolie plante aux fleurs jaunes à de quoi égayer votre jardin et faire le bonheur des jardiniers.

Une plante pleine de ressources !

Biosphoto-JF.CheÃÅrel-moutarde
© C.Thiriet / Biosphoto
Antoine Lorgnier-Biosphoto_164494.jpg
© A. Lorgnier / Biosphoto

Pourquoi s’intéresser à la moutarde ?

La moutarde blanche (de couleur jaune) est très mellifère, c’est pourquoi elle est particulièrement appréciée par les butineurs, qui viennent y manger le nectar. Papillons, abeilles, ou encore bourdons ne se priveront pas de venir butiner ses fleurs et de polliniser par la même occasion les autres fleurs de votre jardin ! Ce ne sont pas que les insectes adultes qui se régalent de la moutarde ; en effet, les chenilles de certaines piérides ou de la noctuelle moissonneuse en raffolent également.

La moutarde est aussi un excellent engrais naturel pour les autres plantes de votre jardin gâce à sa particularité de piéger et d’emmagasiner l’azote du sol. Avec sa croissance rapide et son feuillage dense, elle pourra être utilisée comme engrais vert et enrichir naturellement le sol en azote. Par ailleurs, la moutarde est qualifiée de plante de jachère car elle permet au sol de se reposer et de se reconstituer.

La moutarde cacherait d’autres avantages : elle serait fatale aux bactéries et aux nématodes, et limiterait la prolifération des pucerons noirs.

Enfin, les graines de moutarde servent à préparer la moutarde, un condiment qui ne manque pas de piquant. Quant aux graines germées, elles peuvent aussi servir à agrémenter vos salades et rajouter un goût épicé. Faites les germer dans un germoir ou tout simplement dans du coton imbibé d’eau, sans les recouvrir (pensez à rincer et à renouveler le coton tous les deux jours environ). Bon appétit !

Avec tous ses avantages, il n’y a pas de raisons de s’en passer… !

Astuce !

Pour conserver les aliments, utilisez les graines de moutarde comme dans le bocal à cornichons.

Christian Vidal -Biosphoto_71947.jpg
© C. Vidal / Biosphoto

Qui est-elle ?

La Moutarde blanche (Sinapsis alba) est une plante de la famille des Brassicacées, comme le choux ou le navet. Dans la même famille, il existe aussi la Moutarde des champs (Sinapsis arvensis) et la Moutarde noire (Brassica nigra) qui s’utilisent de la même façon mais qui diffèrent en goût.

Commune dans les campagnes, autour des champs ou le long des chemins, la Moutarde blanche peut atteindre 50 à 80 cm de hauteur. Ses fleurs jaunes, parfois blanches, à quatre pétales disposés en croix, s’épanouissent pendant tout l’été et diffusent un parfum agréable. Ses feuilles sont petites, larges et irrégulièrement dentées. Cette plante annuelle cache ses graines dans des petites gousses ressemblant à des haricots. Pour les récolter, il faut attendre la fin de l’été quand les gousses desséchées s’écrasent entre les doigts.

L’idée !

Semer la moutarde entre vos fraisiers, après la récolte,

pour protéger des nématodes et ameublir le sol.

Philippe Giraud Biosphoto_472686.jpg
© P. Giraud / Biosphoto

Comment semer la moutarde dans votre jardin ?

La moutarde peut être semée du printemps à l’automne de préférence dans des sols calcaires bien ensoleillés. Commencez par préparer votre sol en ameublissant la terre par un griffage en surface. Puis, semez à la volée, environ 3g de graines pour 1m2. La germination est assez rapide (4 à 6 jours) mais pensez à arroser en été pour la favoriser. Sa croissance est également rapide : deux mois tout au plus après le semis de printemps.

Pour l’utiliser comme engrais vert, il suffit de couper la moutarde avant la montée en graine, de laisser les tiges coupées sur le sol, de les faire sécher un ou deux jours, puis de les enfouir et de les incorporer dans le sol.

Notes et références

Bibliographie

Petit traité savant de la moutarde, Françoise Decloquement, Editions Equinoxe, 2004

Liens internets

www.tela-botanica.org/moutarde

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis