S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Aménager une mare dans son jardin

L’eau est indispensable, à la base de tous les systèmes biologiques, un jardin ne peut pas vivre sans. L’eau est en majorité utilisée pour arroser les plantes (que cela soit volontaire ou par la pluie) mais elle peut aussi prendre une nouvelle place dans le jardin par la création d’un point d’eau.

Un point d’eau dans le jardin à de nombreux intérêts. En plus d’un caractère esthétique reconnu, celui-ci permet avant tout de préserver la biodiversité en favorisant l’installation d’un grand nombre d’espèces souvent intéressantes pour le jardin. Les petits mammifères s’y abreuvent, les insectes y pondent leurs œufs, les amphibiens y trouvent logis et une végétation particulière peut s’y développer.

Il existe plusieurs manières de mettre en place un point d’eau dans son jardin, chacune n’ayant pas les mêmes objectifs et résultats . Dans cet article nous nous intéressons aux mares et à leurs installations.

Implanter une mare dans son jardin

Si la superficie de votre jardin le permet, il peut être très intéressant d’installer une mare. Comparé à des points d’eau plus petits, les mares permettent d’une part de rester en eau toute l’année mais aussi de fournir refuge à un plus grand nombre d’espèce : grenouille rousse, triton palmé, libellules …   Pour en savoir plus cliquez ici.

© André Simon / Biosphoto – Petite grenouille verte (Pelophylax lessonae) sur des feuilles de nénuphar dans un bassin en été

Les mares attirent-elles les moustiques ? 

Idée reçue ! Cela peut être le cas au début, quand elle est encore jeune et que l’équilibre biologique n’est pas installé. En aménageant les abords de votre mare, les insectes et les chauves-souris se chargeront d’éliminer les moustiques.

Comment aménager une mare étape par étape ?

1 – Choisir l’emplacement

L’emplacement de la mare doit être réfléchi et il est préférable de profiter des opportunités du terrain comme un creux naturel, une zone marécageuse ou une parcelle de terre ingrate. On choisira également un espace suffisamment dégagé pour bénéficier d’un ensoleillement suffisant et loin de grands arbres générateurs d’ombres et de feuilles.

2 – Dimensions et formes

Afin qu’une mare reste en eau toute l’année, il est recommandé qu’elle fasse entre 6 et 8 m2 et environ 60-80 cm de profondeur à son centre. Maintenir un niveau d’eau suffisant permet l’installation pérenne de certaines espèces, ainsi que la stabilité des milieux. Pour accueillir une diversité de milieux, on favorisera des mares aux formes complexes et aux niveaux variés. Des mares en forme de haricots ou de huit aux bords irréguliers permettent d’accueillir une grande diversité d’espèces.

© Jean-François Noblet / Biosphoto – Création d’une mare pédagogique France ; Espace vert usine Thales

3 – Creuser et étanchéifier :

L’endroit étant délimité, il ne reste plus qu’à creuser ! Une fois la terre déblayée, déposez des pierres pour gêner les racines qui pourraient traverser la bâche ou l’argile et étanchéifiez la mare avec la solution de votre choix.

Il existe plusieurs matériaux permettant d’étanchéifier votre mare :

Source : Ivan Logvenoff et Carine Morin (2011). Gérer les espaces verts en faveur de la biodiversité, Noé.

L’argile est la solution la plus naturelle, mais il faut que la profondeur de la mare soit suffisamment importante pour ne jamais la laisser se dessécher. Si vous choisissez la bâche, attendez d’avoir aménagé les bords pour la couper. Déposez la bâche en la tenant suffisamment pour éviter les plis et remplissez partiellement la mare pour bien laisser la bâche d’adapter à la forme. Enfin, déposez des rochers et autres sur le pourtour pour bien la fixer.

© Yann Avril / Biosphoto – Réalisation d’une mare dans un jardin, Auvergne, France

4 – Végétaliser

Afin d’attirer insectes et animaux locaux, il est important de réaliser des plantations en s’inspirant des milieux humides alentours et de diversifier les types de plantes en fonction des milieux (plantes de fonds, flottantes, de couverture d’eau ou encore d’eau peu profondes) mais aussi vis-à-vis de leurs propriétés (mellifères, oxygénantes, riche en abris…). Les plantations sont à réaliser à la fin de l’automne ou au début du printemps et il n’est pas nécessaire de réaliser des plantations sur toute la surface de la mare car la végétalisation va se propager naturellement. Vous pouvez également attendre quelques mois que la mare se végétalise toute seule et planter par la suite si peu de plantes se sont installées.

© Michel Gunther / Biosphoto – Mare dans un jardin fleuri Ecosse RU

Entretien et problèmes éventuels

L’entretien d’une mare est assez simple, il est conseillé de nettoyer un tiers de la mare chaque année en enlevant les racines et débris végétaux. Toutefois vous pouvez rencontrer quelques problèmes avec votre mare surtout à ses débuts.

Présences d’algues et de lentilles d’eau en trop grande quantité :

Souvent dues à une présence trop forte d’éléments nutritifs (azote ou phosphate) dans votre mare, les algues doivent être enlevées à l’aide d’un râteau sur le bord de la mare et laisser poser pendant une journée permettant aux résidents de retourner à l’eau. Afin d’éviter ce phénomène, évitez d’ajouter de l’engrais ou du fumier à vos plantations.

Assèchement de la mare :

L’assèchement d’une mare peut être dû à une fuite ou à une mauvaise étanchéité. Toutefois, s’il n’y a pas de fuite, la cause de l’assèchement de votre mare est sûrement due à une profondeur trop faible. La seule manière d’y remédier et d’augmenter la profondeur de votre mare.

Envasement de la mare :

Naturellement la mare va suivre un processus naturel de comblement dû à un dépôt de matière organique ( feuilles d’arbres, végétation de rive…). Pour éviter cela, il faut assurer une certaine distance entre les arbres et la mare, contrôler le développement de la végétation de rive et assurer un curage doux lorsque la hauteur de vase dépasse 50 cm.

Sources :
Jean-Paul Collaert (2008). Le nouveau jardin écologique. Rustica éditions.
Ivan Logvenoff et Carine Morin (2011).  Gérer les espaces verts en faveur de la biodiversité, Noé.

 

 

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis