S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Utiliser le paillage

Voilà une bonne couverture pour votre sol !

Utiliser le paillage au jardin présente de nombreux avantages dont celui de réduire sa consommation en eau. Découvrez cette technique facile à mettre en œuvre et appliquez-la chez vous.

Voilà une bonne couverture pour votre sol !

Uti paill
© NouN / Biosphoto

Des économies d’eau

Le paillage représente une protection qui permet de limiter l’évaporation de l’eau du sol. Cette eau reste donc disponible pour les plantes et assure une réserve évitant ainsi les arrosages répétitifs. De plus, le paillage permet de limiter les variations de température et d’humidité dues aux saisons. Ainsi, en été, le paillage retient l’humidité, limite le réchauffement au niveau du sol et donc les apports d’eau ; en hiver, il ralentit le refroidissement  du sol et protège donc des fortes gelées.

Astuce !

Commencez par désherber, puis ameublissez la terre sans la retourner et apportez du compost en surface, nivelez la terre et paillez. d’une manière régulière.

Une protection des plantes cultivées…

La mise en place d’un paillage diminue la croissance de nombreuses herbes qui peuvent nuire à la croissance de vos plantations, à l’exception de celles qui ont des racines vivaces demeurant dans la terre (liseron, chardon, etc.). En cas de repousses, l’arrachage est facilité.

… mais aussi du sol !

Le paillage permet de protéger la terre de l’érosion et du dessèchement induits par à la pluie, le soleil et le vent. Cette protection empêche ainsi la disparition et la stérilité des sols.
Le paillage évite également la formation d’une croûte compacte lors des fortes pluies rendant impossible l’absorption d’eau par les plantes. Avec un paillage, l’infiltration de l’eau est donc favorisée.

3

Sur un sol nu, l’évaporation de l’eau est 3 fois plus importante que sur un sol couvert comme en forêt…

De nombreux avantages pour les alliés du jardinier

La structure aérée des paillis ménage de nombreux interstices qui servent d’abris, particulièrement en hiver, pour les animaux du jardin dont les auxiliaires (les coccinelles, les perce-oreilles, etc). En se transformant lentement en humus, les paillis favorisent la vie biologique et notamment la présence des vers de terre ce qui permet ainsi d’améliorer la structure de la terre.

Une technique très simple !

Pour ne pas laisser le sol à nu, il suffit d’avoir recours à une technique pour le couvrir ! Les jardiniers utilisent le paillage qui consiste à recouvrir le sol, au niveau des pieds de plantes, de matériaux organiques, minéraux ou plastiques.

L’automne est la période idéale pour réaliser un paillage lorsque le sol est encore réchauffé et humide.
Aujourd’hui, un nombreux choix de paillis s’offre à nous (végétal, minéral). La nature du paillis et son épaisseur seront choisies en fonction de la durée de la culture mais sachez qu’un paillage végétal est plus intéressant qu’un paillage minéral !

Quel type de paillage ?

De nombreux matériaux peuvent être employés pour réaliser un paillage : cabosses de cacao concassées, paillettes de lin, écorces de pin ou encore restes de tontes et pailles de céréales… Il ne faut pas oublier les plantes tapissantes au pied des massifs, comme le trèfle ou le fraisier des bois, avec lesquelles le même résultat peut être obtenu. Comme leur nom l’indique, elles permettent de recouvrir le sol mais sans faire de l’ombre à vos cultures !

 

Quelques conseils :

  • Pour les plantes pérennes, un paillis à dégradation lente avec une épaisseur maximale de 10 cm est conseillé : écorces de pin, plaquettes de chêne, broyat de branches, aiguilles de pin (plantes de terre de bruyère), feuilles mortes sèches, épaisses et coriaces sont particulièrement efficaces.
  • Pour les fleurs annuelles et les légumes, un paillis à dégradation rapide de 2-3 cm est conseillé : tontes de pelouse bien sèches, feuilles mortes tendre broyées (noisetier…), paillettes de lin ou de chanvre, cabosses de cacao seront alors appropriées.

Notes et références

Bibliographie

Compost et paillage au jardin, recycler, fertiliser, Denis Pépin, Terre Vivante, 2003

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis