S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Installer un muret de pierres sèches

Quelques pierres pour abriter la biodiversité !

Faute de savoir-faire et d’entretien, les murets en pierres sèches disparaissent peu à peu de nos paysages… Quel dommage quand on connait leurs avantages pour la biodiversité !

Quelques pierres pour abriter la biodiversité !

Insta mur
© F. Bidault / Biosphoto

A quoi sert un muret ?

Aujourd’hui, les murets de pierres sèches disparaissent peu à peu de nos paysages pour laisser place à des murs de parpaings ou de briques totalement stériles pour la biodiversité. Ils sont aussi souvent détruits pour cause de remembrement des parcelles agricoles et disparaissent ainsi de nos campagnes, pour être remplacés par des barbelés, plus faciles à déplacer. Quelle malchance pour la biodiversité… car ces murets étant construits sans liant entre les pierres (ni ciment, ni mortier), contiennent de nombreux espaces de toutes tailles permettant d’accueillir les animaux et les plantes de notre jardin.

Astuce !

Quelque soit sa taille, un muret sera un atout pour la biodiversité.  S’il est difficile de trouver suffisamment de grosses pierres pour sa construction, un simple tas de petites pierres remplira exactement les mêmes rôles écologiques.

Le muret : un gîte idéal pour la faune sauvage…

Non, le muret n’est pas qu’un tas de pierre…c’est avant tout un refuge pour de nombreux animaux à la recherche d’un abri pour se dissimuler au sein des anfractuosités des pierres. 
Dans les espaces de plus grande taille, on trouve ainsi des petits mammifères : mulots, musaraignes, belettes, … et même parfois des oiseaux, alors que les petites cavités abritent tout un cortège de mollusques, d’insectes et d’arachnides : escargots, abeilles, carabes, perce-oreilles, punaises mais aussi des araignées.  La température étant régulée dans les interstices, le muret en pierres sèches est un gîte idéal pour pondre ou chasser, hiver comme été, et protège ainsi les animaux du jardin des fortes chaleurs et du gel.
De plus il n’est pas rare d’y rencontrer des reptiles comme les lézards ou les serpents mais aussi des batraciens comme la grenouille ou le crapaud prenant un bain de soleil du côté du mur exposé au soleil.

… et pour la flore !

Avec le temps, le ruissellement de l’eau de pluie entraine de la terre entre les interstices du muret qui devient ainsi une source de croissance pour de nombreux végétaux. Selon l’humidité du muret et son exposition au soleil, lichens, mousses et fougères ou encore lierre et saponaires y poussent à profusion. Avec peu de terre et peu d’eau, ce sont des plantes peu exigeantes qui s’adaptent parfaitement à ce milieu d’apparence hostile.

Et voilà qu’en peu de temps le muret deviendra ainsi un véritable écosystème : certains animaux y cherchent les larves d’insectes, les baies du lierre en nourrissent d’autres… Pour le jardinier curieux il n’y a plus qu’à observer !

2 à 3 tonnes

C’est le poids d’un mètre cube de pierres… d’où la nécessité d’installer son muret sur un terrain bien tassé !

Pour un jardin vivant: construisez vous-même votre propre muret !

Un muret peut servir à délimiter un espace, ou encore à border un talus trop pentu… tout en hébergeant animaux et végétaux. Alors lancez-vous dans la construction… le plus difficile étant souvent de trouver les pierres, puisqu’il ne s’agit évidemment pas de démolir le reste du petit muret voisin !

Pour construire un muret il faut utiliser des pierres locales, de tailles et formes variées mais pas trop arrondies. Le muret doit être monté sur un terrain bien plat et tassé, et si nécessaire il faut utiliser des graviers comme soubassement pour avoir une base stable. Il faut ensuite disposer les rangées de pierres bien horizontalement, mettre les plus grosses en bas et utiliser les plus petites pierres pour caler les plus grandes. Mais il ne faut tout de même pas oublier de laisser des espaces pour les futurs visiteurs, de préférence sur le versant exposé du muret, ou près de son sommet. Vous pouvez même créer des petits espaces remplis de  sable (où pondent les lézards), de foin ou de terre, tout dépend des animaux que vous souhaitez observer.

Une fois construit, le muret doit être entretenu régulièrement : remettre en place les pierres qui tombent, se méfier des grosses racines pouvant déstabiliser le muret, voire reconstruire les parties trop endommagées.

Il n’y a plus qu’à attendre les visiteurs, qui viendront rapidement coloniser votre muret !

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis