S'informer : La biodiversité des jardins

Animaux, plantes et habitats font la richesse de votre jardin et participent à son équilibre et à son esthétisme. Cette rubrique vous permet de mieux connaître cette biodiversité et vous donnera des conseils pour l’accueillir dans votre jardin !

L’hirondelle rustique

Qui est elle ?

Avec un corps fuselé et gracieux, caractéristique des Hirundinidae, l’hirondelle rustique, Hirundo rustica, mesure 17 à 19 cm de long dont 2 à 7 cm pour les plumes de la queue. Son envergure est de 32 à 34,5 cm et elle pèse de 32 à 35 grammes. La silhouette de cette hirondelle, fine et élancée, la rend très reconnaissable. La queue est échancrée , en forme de « V ». Les deux rectrices du bord de la queue sont plus longues que les autres : ce sont les filets.

L’hirondelle rustique n’est pas en reste côté couleur : le dessus du plumage ainsi que le poitrail sont bleu sombre et sa face est rouge brique. Le dessous de l’oiseau est blanc.

© Tesni Ward : Biosphoto – Hirondelle de cheminée (Hirundo rustica) sur un poteau de clôture dans le parc national du Peak District, au Royaume-Uni.

Les femelles sont semblables aux mâles mais avec les filets plus courts. Les jeunes quant à eux sont identiques aux adultes avec un plumage plus pâle.

Cette morphologie profilée lui permet un vol rapide et acrobatique tout en virages serrés, un réel avantage pour la chasse aux insectes.

Attention à la confusion !

Cette espèce ressemble beaucoup à l’hirondelle de fenêtre mais en plus élancée. L’hirondelle de fenêtre n’a pas la gorge rouge et possède un croupion tout blanc !

Une espèce migratrice

Oiseau migrateur, elle symbolise traditionnellement le retour du printemps. L’ hirondelle rustique est présente en France de mars à octobre, ce qui correspond à la période de nidification. En automne, elle se réunit avec ses congénères sur les câbles aériens en préparation de leur longue migration, parfois jusqu’en Afrique du Sud ! Durant ce voyage harassant, l’hirondelles vole à basse altitude pendant la journée ce qui lui permet de chasser afin de se nourrir au cours du périple. La traversée du Sahara est particulièrement difficile et beaucoup d’individus n’y survivent pas. Une fois l’hiver fini, elle revient dans nos régions pour un nouveau cycle de reproduction.

© Michel Rauch : Biosphoto -Hirondelle des cheminée en vol – PNR Vosges du Nord France

Pourquoi l’hirondelles migre-t-elle ? La question est légitime : ce petit passereau de quelques grammes parcoure des milliers kilomètres alors que d’autres survivent très bien à nos hivers. La raison principale vient du régime alimentaire. Exclusivement insectivore, l’hirondelles rustique n’a plus rien à se mettre sous le bec dans nos régions lorsque l’hiver vient. En Afrique en revanche, il y a des insectes à foison, un vrai paradis !

Là se pose alors une autre question : Pourquoi revient-elle au nord pour nicher si la nourriture se fait aussi abondante au sud ?

Une des hypothèses actuelles seraient la concurrence avec d’autres espèces. En effet, il n’existe pas moins de 37 espèces indigènes d’hirondelles en Afrique : une sacrée concurrence pour la nidification !

Des oiseaux proches des humains

Une fois rentrée chez nous, elle installe la plupart du temps son nid près des habitations telles que les granges et les étables. Prairies, bocages, étangs, parcs et jardins sont autant de zones potentielles d’habitation. Elle niche exclusivement dans des constructions humaines.

Le saviez-vous ?

L’hirondelle rustique est certes un oiseau très commun de chez nous mais on la rencontre aussi sur tous les continents sauf l’Antarctique : de l’Eurasie, à l’Amérique du Nord en passant par l’Afrique du Nord pour les périodes de nidification jusqu’à l’Afrique centrale et du Sud en passant par l’Amérique du Sud pour leur migration.

Lorsqu’elle revient au printemps entre mars et avril, les hirondelles s’attellent à la construction du nid à partir de glaise trouvée dans des flaques d’eau par exemple. Le mâle rapporte à la femelle les matériaux nécessaires dont la glaise permettant de consolider la structure du nid composé d’herbe et de brindilles sèches.

© Óscar Díez Martínez : Biosphoto – Tarifa, Cadiz (Espagne)

Une fois le nid prêt à l’emploi, la ponte a lieu une à deux fois par an avec 4 à 5 œufs par couvée. La couvaison dure 15 jours environ. Après l’éclosion, les parents se relaient pour l’alimentation des hirondeaux et leur protection contre les potentiels intrus.

© Markus Varesvuo : Biosphoto – Nourrissage des petits en vol (Hirundo rustica) – Utö Finland July 2013

L’hirondelle rustique, une espèce en danger

Selon l’INPN, on observe une très forte régression des populations depuis les années 70 et le phénomène a tendance à s’aggraver avec le temps. Les populations ont diminué de 20 à 50% selon les régions françaises entre 1970 et 1995. Ces chiffres sont sujet à interprétation en raison de la variabilité naturelle de populations existantes mais sont jugés préoccupants par les ornithologues.

L’hirondelle rustique est inscrite comme « espèce en déclin » sur la liste rouge nationale des oiseaux nicheurs. C’est cependant l’une des espèces les plus répandues en France. 

Quelles sont les causes de ce déclin ?

De manière générale, la disparition de l’élevage traditionnel et l’intensification de l’agriculture sont responsables du déclin.

La destruction des zones humides, roselières et marais, riches en insectes, fait disparaître des zones de chasse privilégiées mais aussi de repos lors de la migration.

© Frédéric Desmette : Biosphoto – Hirondelle de cheminée (Hirundo rustica) paradant sur un fil de fer barbelé, Angleterre

Exclusivement insectivores, les hirondelles rustiques se nourrissent en majorité de mouches et moucherons. Lorsqu’elles migrent, elle parcourt des distances très importantes qui nécessitent un apport calorique non négligeable. Cela les rend vulnérables aux variations de populations d’insectes qui sont très sensibles aux changements climatiques et à l’utilisation d’insecticides. De plus, l’ingestion d’insectes contaminés par ces insecticides peut entraîner la stérilité ou même causer la mort de l’animal.

Lors de la migration, la progression des hirondelles n’est pas toujours régulière. Le voyage peut être ralenti voire impliquer des retours en arrières en fonction de l’évolution du climat. Si le printemps est plus tardif et/ou entrecoupé de périodes de froid, les hirondelles mettront plus de temps à rejoindre nos régions.

La destruction des nids qu’elle soit volontaire ou non et la raréfaction des sites favorables à la nidification sont aussi une menace.

Statut de l’espèce et régime de protection 

En France, les hirondelles bénéficient d’un statut juridique qui fait d’elles des oiseaux

protégés. Ce régime de protection est issu de la loi du 10 juillet 1976 sur la protection de la nature aujourd’hui codifiée aux articles L 411-1 et suivants du code de l’environnement et de l’arrêté ministériel du 29/10/2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire.

Pour ces oiseaux, sont interdits en tout temps :

  • la destruction intentionnelle ou l’enlèvement des œufs et des nids,
  • la destruction et la mutilation intentionnelles, la capture ou l’enlèvement des oiseaux dans le milieu naturel,
  • la perturbation intentionnelle notamment en période de reproduction et de dépendance,
  • la détention, le transport, la naturalisation, le colportage, la mise en vente, la vente ou l’achat, l’utilisation commerciale ou non des spécimens prélevés dans le milieu naturel qu’ils soient morts ou vivants.

© Michel Gunther : Biosphoto – Jeunes Hirondelles de cheminée au nid -Provence, France

Aménagement au jardin pour leur donner un coup de main

Une solution à l’échelle individuelle pour aider les hirondelles est d’installer des nids artificiels. A placer à l’intérieur d’un bâtiment ouvert, il faut laisser une porte ou une fenêtre ouverte en permanence durant l’été.  Si cela n’est pas possible, une solution est de découper un coin de porte de grange ou de poulailler pour ne pas avoir besoin de laisser la porte ouverte. Il est important de laisser les vieux nids en place : ils indiquent aux hirondelles que c’est un bon endroit où nicher.

Source

100 oiseaux des parcs et jardins, Delachaux & Niestlé, 2012 (ISBN 978-2-603-01824-8)

La hulotte n°70 p30

Les Oiseaux de France, LPO, Edition Atlas, 2008.

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3696/tab/fiche

https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Hirondelle-rustique.pdf

https://www.picardie-nature.org/IMG/pdf/f1_installer_nid_artificiel_hirondelles_picardienature.pdf

http://hirondelles.oiseaux.net/migration.html

Soumia, Haddad & Hanane, Saâd & Houhamdi, Moussa & Ibn, Omar & Khattab, Al & Bp,. (2015). LA REPRODUCTION DE L’HIRONDELLE RUSTIQUE (HIRUNDO RUSTICA) DANS UN MILIEU URBAIN NORD-AFRICAIN: QUEL IMPACT DES CONDITIONS CLIMATIQUES ET DE L’APPLICATION DES INSECTICIDES ?. 70. 280-290.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis

  1. Nathalie R

    Bonjour,
    j’ai plus d’une dizaine de nids d’hirondelles rustiques dans ma grange et cet été 2019 elles ont été particulièrement prolifiques. Ma maison est en vente et j’ai peur que les futurs acheteurs récupèrent la grange et son grenier pour les aménager. Est-il possible d’obliger ceux-ci à laisser le libre accès aux hirondelles ou d’interdire la fermeture des fenêtres ou l’aménagement du local en question ?