S'informer : La biodiversité des jardins

Animaux, plantes et habitats font la richesse de votre jardin et participent à son équilibre et à son esthétisme. Cette rubrique vous permet de mieux connaître cette biodiversité et vous donnera des conseils pour l’accueillir dans votre jardin !

Les coccinelles

Des carnassières hors pair : pucerons gare à vous !

On dit souvent que les coccinelles portent bonheur. Elles portent surtout bonheur au jardinier ! Découvrez pourquoi et apprenez à les accueillir naturellement dans votre jardin.

Des carnassières hors pair : pucerons gare à vous !

Biosphoto-S.Vitzthum-coccinelle
© P. Glaume / Biosphoto
Protocole-ICE.JPG
© A. Harnéquaux / Noé

Cet été, observez-les chez vous !

Noé vous propose de réaliser un protocole simple tout en participant à un projet scientifique ! Entrez dans le monde fascinant de la nuit en participant à l’enquête Insectes et Ciel étoilé ! Découvrez le guide très pratique pour vous aider à reconnaître les insectes nocturnes et les étoiles.

Astuce !

Peu de prédateurs s’attaquent aux coccinelles car leurs couleurs vives sont synonymes de toxicité. De plus, elles sécrètent un liquide répulsif au goût amer qui éloigne plus d’un prédateur. Malin, non ?

Joël Bricout Biosphoto_130768.jpg
© J. Bricout / Biosphoto

Pourquoi s’intéresser aux coccinelles ?

Ces « bêtes à bon Dieu » font partie des insectes les plus appréciés : inoffensives et fort jolies, elles rendent surtout beaucoup de services aux jardiniers.
La grande majorité d’entre elles se nourrit en effet de pucerons, même si elles peuvent aussi dévorer cochenilles, aleurodes, acariens voir même moisissures. Les coccinelles et leurs larves comptent ainsi parmi les prédateurs les plus efficaces et jouent un rôle important dans la régulation des populations de « ravageurs » friands de nos cultures. En les accueillant dans votre jardin, vous avez à votre disposition une véritable armée dévouée à la protection de vos plantations !

80

C’est le nombre de pucerons qu’une larve de coccinelle peut manger en un jour ! La coccinelle adulte peut quant à elle en dévorer jusqu’à 100 ! Mais où les mettent-elles donc ?

Régis Cavignaux Bios_79548.jpg
© R. Cavignaux / Biosphoto

Ce n’est pas tout ! Les coccinelles apprécient aussi le pollen et le nectar des fleurs comme le pissenlit ou le lamier blanc, notamment à la fin de l’hiver et pendant l’été quand les proies se font plus rares. En volant de fleurs en fleurs, elles y répandent les grains de pollen et participent ainsi à la reproduction des végétaux au même titre que les abeilles ou les papillons ! Les coccinelles vont même jusqu’à manger les débris végétaux participant ainsi au nettoyage des plates-bandes.
Ne sont-elles pas parfaites ces coccinelles ?

Claudius Thiriet Bios_336000.jpg
© C. Thiriet / Biosphoto

Qui sont-elles ?

Il existe près d’une centaine d’espèces de coccinelles en France. Elles se distinguent par leur taille (entre 1 mm et 8 mm), par leurs couleurs (des points noirs, rouges ou jaunes sur des fonds noirs, rouges ou jaunes, beaucoup d’associations sont possibles…) et par le nombre de points qu’elles ont sur le dos (entre 2 et 22 points !). La plus connue est la coccinelle rouge et noire à sept points (Coccinella septempunctata). C’est aussi la plus grande de nos coccinelles avec ses 9 mm de longueur. Sa larve, grise tachée de jaune, peut atteindre quant à elle un centimètre !

Présentes dans les jardins au printemps et en été, les coccinelles passent la mauvaise saison en se blottissant les unes contre les autres sous les feuilles mortes, les écorces d’arbres, dans les cabanes de jardin ou parfois dans nos maisons. Certaines espèces migrent même en montagne sur les versants exposés au soleil et à l’abri du vent.
Après ce repos hivernal, chaque femelle pond environ 800 œufs disséminés au sein de colonies de pucerons. Les œufs donnent ensuite naissance aux larves qui engloutissent à la chaine les pucerons ou autres proies présentes sur place. Puis, après métamorphose (comme tous les insectes), les voilà devenues coccinelles ! Et si la « chance » est avec elles, elles pourront vivre un an environ : on est donc loin de l’âge prédit par les points qu’elles ont sur leur dos… !

Capture d’écran 2014-02-21 à 18.54.04.png
© S. Dhier / Biosphoto

Comment favoriser les coccinelles dans votre jardin ?

Notre « bête à bon Dieu » fait partie de la grande famille des insectes. Or qui dit insecte, dit sensible aux insecticides ! Pour favoriser les coccinelles au jardin, la première chose à faire est d’éviter tous traitements contre les insectes.

Il est aussi important de rétablir un équilibre au jardin et de laisser se développer des plantes sauvages et spontanées dans les plates-bandes et dans les haies, comme l’ortie, le sureau, le séneçon, la molène, l’orge, etc. Ce sont de véritables restaurants d’appoint qui offrent toutes les proies dont ont besoin les coccinelles en cas de disette sur les plantes cultivées. Ce sont aussi d’excellents abris pour passer l’hiver.

Attention aux coccinelles asiatiques (Harmonia axyridis) souvent vendues par correspondance ou en jardinerie. Ces coccinelles sont des espèces envahissantes et on sait aujourd’hui qu’elles dévorent les larves de nos coccinelles indigènes. Si vous souhaitez enrichir votre jardin en achetant des œufs de coccinelles en sachet, vérifiez donc le nom latin avant de les acheter. Il est par ailleurs déconseillé de vouloir enrichir son jardin en coccinelles si celui-ci ne répond déjà pas aux deux conditions précédentes car les coccinelles ne trouveront pas leur bonheur et votre achat sera vain !

Enfin, un abri à coccinelles peut venir compléter votre jardin si ce dernier ne leur offre pas assez d’abris pour l’hiver : les coccinelles pourront ainsi se protéger du froid et des parasites. Pour en savoir plus, cliquez ici !

Notes et références

Bibliographie

Les coccinelles, A. et J.L. Hemptinne, Delachaux et Niestlé, 2005

Liens internets

Dévoreuses de pucerons, Cergy-Pontoise, Gilles Carcassès (mai 2014)

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis