S'informer : La biodiversité des jardins

Animaux, plantes et habitats font la richesse de votre jardin et participent à son équilibre et à son esthétisme. Cette rubrique vous permet de mieux connaître cette biodiversité et vous donnera des conseils pour l’accueillir dans votre jardin !

La salamandre tachetée

La salamandre tachetée ou Salamandra salamandra est un urodèle de la famille des Salamandridae. Un urodèle est un amphibien qui se déplace sur quatre pattes et conserve une queue à l’âge adulte.

© Christophe Ravier – Biosphoto – Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) sur de la mousse, Bulgarie

Le nom vernaculaire de « salamandre tachetée » peut aussi être attribué à d’autres espèces ou sous-espèces du genre Salamandra qui possèdent également un motif tacheté. On peut citer notamment la salamandre nord-africaine Salamandra algira.

La salamandre tachetée dont nous parlons aujourd’hui est l’un des amphibiens les plus reconnaissables et le plus répandu d’Europe.

Comment la reconnaître ?

© Quentin Martinez : Biosphoto – Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) photographiée dans son environnement. Drôme.

La salamandre tachetée porte bien son nom puisqu’elle porte des taches de couleur jaune/orangée. Ces motifs peuvent être des points ou des lignes. Mais, attention, il n’est pas question de ressembler à son voisin : chaque individu à un motif unique qui permet de l’identifier. Ces taches sont d’autant plus visibles que la peau de la salamandre tachetée est noire, lisse, d’aspect huileux. Il existe des variations assez rares où les spécimens ont des tâches orange presque rougeâtres.

Ne vous attendez cependant pas à un animal imposant, elle mesure jusqu’à 20 cm, et pèse jusqu’à 40 grammes, un petit gabarit !


Le saviez-vous ?

Ne confondez pas la larve du triton avec celle de la salamandre ! Les larves de salamandre ont des tâches jaunâtres à la base des pattes.


© José-Luis Gómez de Francisco : Biosphoto – Larves de Salamandres tachetées sous l’eau – Espagne

Un amphibien terrestre

La salamandre est un amphibien dont la vie d’adulte est exclusivement terrestre ! Elle est d’ailleurs assez mauvaise nageuse ce qui la rend vulnérable aux grenouilles et crapauds qui se trompent de partenaire pour la reproduction : l’agrippant dans l’eau pour tenter un accouplement infructueux et causant la plupart du temps la noyade de la pauvre salamandre. La larve de salamandre, par contre, a une vie aquatique.

Animal nocturne, dotée de grands yeux adaptés à la vision de nuit, elle s’alimente d’invertébrés terrestres tels que les vers de terre, les coléoptères…

© Patrick Glaume : Biosphoto -Salamandra salamandra – Azay-sur-Indre – Indre-et-Loire – France – mois de mars – Femelle salamandre tachetée quittant une mare après la ponte.

Ses déplacements sont lents et peu agiles par rapport aux lézards des murailles que l’on peut apercevoir l’été. Heureusement, elle n’a pas de prédateurs sérieux. On n’est cependant jamais trop prudent : elle reste cachée en journée dans des cavités de bois mort ou sous des pierres. Si un prédateur obstiné tente d’en faire son repas, elle sécrète une neurotoxine depuis ses glandes parotoïdes situées sur la tête : le samandarin. Pas de panique, elle n’est pas toxique pour les humains. En cas d’accident, elle possède une capacité de régénération de ses membres perdus ou blessés.

© Daniel Heuclin : Biosphoto – Portrait de Salamandre tachetée – Poitou France ; Glande parotoïde et venin

La salamandre tachetée est active de février à novembre et hiverne le reste du temps seule ou en groupe. Ses lieux d’hivernage peuvent être ceux qu’elle utilise en période d’activité tels que des dessous de pierre, des cavités abandonnées par d’autres animaux (trou de taupe, terriers de rongeurs), ou encore dans des cavités de bois mort.

Elle vit principalement dans les milieux boisés, les forêts de feuillus ou mixtes, surtout si le sol est assez humide.

Comment se reproduit-elle ?

© Frédéric Nevoit : Biosphoto -Salamandres tachetées (Salamandra salamandra)
Tarn – 81 – France

Chez la salamandre tachetée, la maturité sexuelle est atteinte entre 2 et 4 ans. Les salamandres s’accouplent exclusivement hors de l’eau, d’avril à septembre avec un pic d’activité en juillet. La gestation commence en été et dure plusieurs mois. La femelle ne se rend jusqu’à l’eau qu’à la fin de la période embryonnaire entre février et mai, afin d’y déposer une cinquantaine de larves. Les jeunes sont autonomes à la naissance…et affamés ! Ils se nourrissent de tout ce qui passe sous leur nez : principalement des invertébrés mais, survie oblige, elles peuvent aussi prédater leurs congénères.

La salamandre tachetée a une durée de vie moyenne de 10 ans et peut vivre jusqu’à 20 ans.

Un animal protégé

© Florent Cardinaux : Biosphoto -Salamandre tachetée en sous-bois Vallée du Doubs France

Les populations de salamandre sont en régression dans toute l’Europe. L’utilisation des pesticides, la raréfaction de leurs habitats et plus particulièrement des zones humides semblent être les causes principales de cette régression. En plus de fragmenter leur territoire, les routes sont dangereuses pour nos amies les salamandres : comme les autres amphibiens elles sont souvent victimes de la circulation routière. Se déplaçant lentement elles ne sont pas assez vives pour éviter les roues des voitures.

Ainsi, la salamandre tachetée fait partie de la liste des animaux protégés de France et dans la plupart des pays européens. Par conséquent, il est interdit de la capturer !


Le saviez-vous ?

La salamandre, de part sa consommation de nuisibles, est aussi un animal qui vous aide au jardin ! N’hésitez pas à installer un point d’eau, une grande aide pour ces amphibiens et créer une zone refuge.


© Olivier Gutfreund : Biosphoto- Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) en forêt, Alsace, France


Sources

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/92/tab/fiche

http://www.parcsnationaux.fr/fr/des-connaissances/biodiversite/faune-emblematique/les-amphibiens/la-salamandre-tachetee

http://www.objectifs-biodiversites.com/medias/files/thirion-vollette-mathe-landry-et-gironnet-2014-une-population-littorale-originale-de-salamandre-tachetee-salamandra-salamandra-subsp.-terrestris-linnaeus-1758-amphibia-urodela-salamandridae-.pdf

https://jardinage.lemonde.fr/dossier-904-salamandre-amphibien-nocturne.html

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis