S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Limiter les dangers du jardin pour la faune sauvage

Faites de votre jardin un havre de paix !

De nombreux pièges parsèment le jardin pour les animaux sauvages. Voici quelques conseils pour tenter de limiter ces dangers et favoriser ainsi la biodiversité !

Faites de votre jardin un havre de paix !

Limiter dangers
© C. Ruoso / Biosphoto

Connectons nos jardins

Les oiseaux peuvent voler, les taupes peuvent creuser… mais comment font les hérissons pour passer une palissade ? Les clôtures sont en effet de véritables barrières pour un grand nombre d’animaux qui se déplacent d’un jardin à l’autre. Ainsi, si chaque jardin se donne la main, ils peuvent constituer un réseau, dans lesquels plantes et animaux sauvages peuvent se reproduire, s’abriter, se déplacer ou se nourrir.
Alors essayez de vous entendre avec vos voisins, pour aménager de petits passages dans les clôtures, grillages et autres palissades (15×15 cm suffisent). Lors de la taille des arbres vous pouvez également laissez pour les écureuils une branche s’échappant vers les arbres des voisins, dans le respect de la législation et en accord avec eux. Les écureuils préfèrent tellement les déplacements aériens pour échapper à leurs prédateurs !

Stop aux produits chimiques !

Avec 78.000 tonnes de pesticides utilisés en 2008, la France est le premier consommateur européen de pesticides. Bannir ces produits chimiques du jardin, voilà un conseil bien connu des amoureux de la biodiversité ! En effet, pour le sol, pour l’eau comme pour la faune et la flore du jardin, les produits chimiques sont très nuisibles, pouvant notamment empoisonner les petits visiteurs du jardin. Quel dommage de prendre de tels risques quand on connait tant de méthodes naturelles pour jardiner !

Préservons les abris des animaux sauvages !

Ne pas détruire les abris des animaux est une nécessité pour leur offrir un gîte toute l’année. Par exemple les tas de bois abritent de nombreux visiteurs comme les hérissons, les crapauds, les coccinelles, les champignons ou les insectes saproxyliques dont les larves se développent pendant plusieurs années en grignotant le bois mort. Les tas de feuilles mortes sont quant à eux de véritables refuges pour les orvets, les batraciens hivernant, les cloportes, les carabes, les hérissons ; le feuillage persistant du lierre permet aux papillons comme le paon du jour ou le citron de se réfugier l’hiver,… les exemples sont nombreux et ont tous pour point commun de protéger les visiteurs de notre jardin !

3

L’éclairage nocturne est parmi les causes principales du déclin des papillons, avec l’abus de pesticides et la raréfaction des habitats

Taillons peu, taillons bien !

Respectez les périodes de taille, pour ne pas déranger les oiseaux qui nichent dans vos arbres : d’avril à août votre chêne, votre hêtre, ou votre noisetier pourraient bien abriter quelques moineaux. Il vaut mieux tailler l’hiver, hors des périodes de gel et de montée de sève. Vous pourrez même ramasser les nids délaissés pour les remettre dans l’arbre une fois votre taille effectuée. Ne taillez pas trop, et tentez de conserver la forme globale de l’arbre, sans évider trop l’intérieur, pour assurer une protection suffisante aux oiseaux l’année suivante.

Gare à la tondeuse et aux autres outils !

Quels pièges pour les animaux que tous nos outils de jardinage, souvent si tranchants ! Les ranger dans un endroit sûr ou ne pas laisser traîner des fils de fer, des barbelés ou des morceaux de verre coupant permet donc de limiter les dangers.
Quant à la tondeuse, elle représente elle aussi une grande menace pour la petite faune. Efforcez-vous alors de tondre en commençant au centre de la pelouse, en finissant par les bordures extérieures, et en laissant des zones non-tondues. Cela permet aux animaux de s’enfuir devant la tondeuse et de se réfugier aux abords de la pelouse. Par ailleurs, tentez de tondre à 8 cm au minimum, pour ne pas trop déranger les résidents des brins d’herbe

Plan d’eau et piscine : gare aux noyades !

Les points d’eau dans le jardin permettent à la faune sauvage de s’abreuver, de se baigner ou même de trouver de la boue nécessaire à la construction du nid. Mais il faut être vigilant à leur sécurité ! Pour limiter les risques de noyade, il suffit par exemple d’installer une petite planche (qui ne glisse pas) sur un des bords en pente trop raide pour que les petits animaux ne nagent pas le long des bords du bassin jusqu’à épuisement. Si vous possédez une piscine, choisissez des systèmes utilisant des techniques naturelles, algues, végétaux purifiants ou autres, pour ne pas intoxiquer au chlore les animaux trop aventureux.
N’hésitez pas aussi à aménager une mare avec une pente douce, pour permettre aux malheureux qui tombent à l’eau de rejoindre facilement le bord.

L’éclairage nocturne

À l’origine d’une forte consommation d’énergie, l’éclairage nocturne perturbe gravement la faune sauvage et la flore. Il attire ainsi irrésistiblement les insectes nocturnes, comme les papillons, qui viennent se brûler les ailes sur les sources lumineuses, tombent au fond des globes lumineux, ou sont tout simplement plus facilement repérés par leurs prédateurs naturels comme la chauve-souris ou le crapaud. Cette pollution lumineuse dérègle également les cycles biologiques de nombreuses espèces influant sur leurs cycles hormonaux ou nerveux.

Ainsi, pensez à éteindre les lumières dans le jardin dès que la soirée est terminée, et préférez les lampes qui éclairent vers le bas et à vitre plate plutôt que celles qui étincellent tout azimut ! Vous protégerez les petits animaux sauvages tout autant que les factures d’électricité !
Évitez aussi les pièges à insectes en n’éclairant pas les piscines ou en évitant les luminaires à ampoules nues, ou ceux qui, par leur conformation, piègent les insectes. Retrouvez d’autres conseils sur ce sujet ici.

Méfions nous du matou…

Notre sympathique chat domestique est l’un des plus terribles prédateurs du jardin, en raison de sa présence particulièrement importante dans les zones résidentielles. Alors, pour éviter de garder le chat dans la maison, équipez-le d’une petite clochette qui tintera facilement quand il se déplacera. Ainsi, oiseaux, souris, musaraignes, lézards et autres petits proies seront prévenus de son approche !

L’anecdote

Connectés entre eux et gérés en faveur de la biodiversité, les jardins peuvent jouer le rôle de corridors dans des espaces fortement anthropisés ou dégradés.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis