S'informer : La biodiversité des jardins

Animaux, plantes et habitats font la richesse de votre jardin et participent à son équilibre et à son esthétisme. Cette rubrique vous permet de mieux connaître cette biodiversité et vous donnera des conseils pour l’accueillir dans votre jardin !

Le loir gris

Le rongeur de nos maisons

Souvent perçu comme un nuisible, parce qu’il vient habiter nos maisons, le loir n’en demeure pas moins un mammifère que nous devons protéger.

grandeloir

© Wikicommons

Qui est-il ?

Le loir, de son nom latin Glis Glis, est un petit mammifère de la famille des Gliridae qui ressemble à un petit écureuil. Son pelage est gris à gris-fauve. Il mesure entre 10 à 30 cm en comptant la queue. C’est le plus imposant rongeur de sa famille. On le reconnaît par ses yeux noirs saillants, ses oreilles arrondies et sa queue touffue. Son poids varie entre 70 et 200g.

Présent sur pratiquement l’ensemble du territoire européen, le loir choisit de s’installer dans les forêts de feuillus composées de vieux arbres. Pour s’alimenter, le loir a besoin d’arbres portant leurs graines tels que les chênes, les hêtres et les châtaigniers. Mais il est également possible de le rencontrer dans les forêts de conifères, les parcs ou encore les jardins.

La nourriture du loir est principalement issue de végétaux. Il mange des bourgeons, feuilles, fleurs, écorces et fruits secs, et raffole particulièrement des graines et fruits charnus, notamment les pommes. Son régime alimentaire n’est pas exclusivement végétarien. Lorsque l’occasion se présente, il peut contenter sa faim avec quelques insectes, des œufs voire même de petits oiseaux. Pendant la période automnale, le loir engraisse énormément et stocke des aliments dans sa cache avant l’hibernation qui peut durer jusqu’à 7 mois. L’expression « dormir comme un loir » prend tout son sens !

loir2

© Wikicommons

Le loir construit son nid dans une cavité comme un trou d’arbre ou le creux de rocher. Il peut également installer son nid dans les maisons et dans les nichoirs à oiseaux. Composé de feuilles, d’herbes, de mousses et de matériaux plus doux à l’intérieur, comme des plumes, des poils ou de la laine, le nid du loir a une forme sphérique. La période de reproduction s’étale de juin à septembre. Avec une durée courte de gestation, 1 mois, le loir peut se reproduire jusqu’à deux fois par an. Les portées peuvent comprendre de 2 à 10 petits qui s’émancipent au bout de 2 mois seulement. C’est une espèce à fort pouvoir de reproduction, mais qui est également prise en prédation par de nombreuses espèces : chouette, chat, hibou, fouine, etc.

Des mesures de protection et de gestion des loirs

Partie intégrante de la chaine alimentaire, le loir sert de nourriture pour de nombreux rapaces, il présente un intérêt pour la biodiversité et ne doit pas être persécuté. Malgré le manque de données récoltées sur le territoire, cet animal est une espèce réglementée* en France et fait l’objet de mesures de protection plus importantes dans d’autres pays tels que la Belgique et la Suisse.

loir1

© Wikicommons

Perçu comme un nuisible lorsqu’il investit les habitations, le loir peut faire quelques dégâts, en installant ses nids dans les recoins de votre maison, notamment les tiroirs, ou en dévorant certaines des denrées alimentaires de vos placards. Cet animal est également bruyant, son cri strident et son ronflement semblable à celui d’un bourdonnement peuvent être dérangeant. Si vous souhaitez déloger ce petit mammifère de votre habitation, il faut utiliser des techniques adaptées et respectueuses de l’animal. Il est impératif de ne pas utiliser un anti-rat qui a un effet néfaste sur la faune et l’ensemble de la chaîne alimentaire voire auprès de vos animaux de compagnie qui pourraient le consommer par mégarde. Des techniques dissuasives peuvent être mises en place pour que le loir ne revienne pas dans votre maison. Ayant un odorat très développé, il sera sensible au poivre, au vinaigre et aux huiles éthériques aux fortes senteurs telles que l’eucalyptus. Il est aussi possible d’utiliser de l’encens pour enfumer les loirs qui se refugieraient dans vos combles ou dépendances. Cette méthode est incontestablement la plus efficace pour les déloger. Ces différentes techniques valent la peine d’être essayées avant de recourir à des procédés plus intrusifs.

Si en dernier recours vous décidez de disposer des pièges, il faudra prendre en compte la période de juin à septembre, celle des jeunes, où aucun piège ne devra être tendu pour des raisons de protection de l’espèce. Si durant cette période une mère est capturée, les petits dépendant d’elle, mourront très certainement. L’automne et l’hiver sont aussi des périodes déconseillées pour attraper et relâcher des loirs, ils ne seront pas capables de trouver une quantité suffisante de nourriture pour subsister.

Les pièges utilisés peuvent être de type ratière et ne doivent pas blesser l’animal. Afin d’attirer les loirs, disposez des graines et des morceaux de pomme hors de la cage et à l’intérieur. La capture met le loir dans un grand état de stress. Pour diminuer cet effet, il est nécessaire de mettre de la paille et des feuilles au fond du piège. Il est également impératif de vérifier régulièrement le piège. Le loir stressé, essayera de s’enfuir et pourra se blesser. Lors de la relâche, il ne faut pas prendre le loir par la queue, car il pourrait s’en défaire par un système de défense. Rendez-lui la liberté près d’arbres, de tas de bois ou d’un mur.

Même si le loir vient visiter votre maison, il ne faut pas le traiter comme un nuisible. Il fait partie de la biodiversité ordinaire que nous pouvons apprendre à connaître et à reconnaître. Comme toutes les espèces locales, il participe à l’équilibre des écosystèmes. L’éradiquer compromettrait cet équilibre et aurait un impact sur d’autres espèces animales comme les rapaces qui dépendent du loir et d’autres rongeurs pour leur alimentation.

Glossaire :

Espèce réglementée : Espèce faisant l’objet d’une réglementation moins stricte que dans le cas d’espèces protégées, et limitant par exemple les tailles de capture ou le nombre de spécimens prélevés par unité de temps.

Références :

Ginestou Jacques. In : Le loir. Disponible sur :

http://ecologie.nature.free.fr/pages/mammiferes/loir.htm

Humanité et biodiversité. In : Le loir gris – Glis Glis ou Myoxus glis. (17/03/2013). Disponible sur :

http://www.humanite-biodiversite.fr/temoignage-oasis/le-loir-gris-glis-glis-ou-myoxus-glis

Marche libre. In : Le loir – Glis Glis. Disponible sur :

http://www.marchelibre.be/loir.htm

Inventaire National du Patrimoine Naturel. In : Glis Glis (Linnaeus, 1766). Disponible sur :

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/61648

Protection Suisse des Animaux. In : Lutins dans la maison – que faire contre les loirs ? Disponible sur :

http://www.protection-animaux.com/publications/animaux_sauvages/infothek/mb_loirs.pdf

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis