S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Semer des engrais verts

Et votre jardin vous le rendra !

Leur dénomination est un peu trompeuse puisque en fait il s’agit de plantes. Cultivées pour être fauchées et enfouies dans le sol, elles assurent la fertilité du sol et égayent le jardin au grand bonheur des pollinisateurs et du jardinier ! Cette méthode naturelle apportera à votre sol les éléments structurants et nourrissants nécessaires tout en respectant l’environnement.

Et votre jardin vous le rendra !

Semer engrais
© C. Seibert / Noé 

Qu’est ce que c’est ?

Ces plantes, à croissance rapide et vigoureuse, sont la plupart du temps semées entre deux autres cultures. Elles ne sont donc pas destinées à être récoltées, mais elles ont de nombreuses propriétés qui en font un atout naturel du jardinier et l’allié des autres plantations. Les principales espèces qui font office d’engrais verts sont de la famille desFabacées comme le trèfle, la luzerne, le lupin… C’est une des plus grande famille de plantes à fleur, d’où son importance dans le jardin. Mais il y a aussi des Brassicacées comme la moutarde ou le colza, des Poacées tel que le seigle…Il y a donc l’embarras du choix pour semer son engrais vert.

Astuce !

La moutarde, engrais vert, cacherait aussi d’autres avantages : elle serait fatale aux bactéries et aux nématodes, et limiterait la prolifération des pucerons noirs.

Les avantages pour le sol et les plantes

Une fois enfouis dans le sol, les engrais verts apportent une nourriture naturelle aux plantes qui seront semées ensuite. Les Fabacées sont particulièrement efficaces pour enrichir le sol, car elles possèdent des bactéries présentes au niveau de leurs racines, qui absorbent l’azote de l’air. Elles constituent ainsi un véritable piège à azote, élément essentiel pour la croissance et le développement des plantes : une fois enfouies dans le sol, cet azote, peut ainsi être transmis et assimilé par les nouvelles plantes semées. Les engrais verts ont aussi l’avantage de maintenir une couverture du sol, évitant ainsi que les éléments nutritifs soient lessivés par les pluies et maintenant ainsi un sol riche. Les espèces de céréales comme le seigleaméliorent la structure du sol grâce à leurs longues et fines racines. Enfin, les engrais verts permettent tout simplement au sol de se « reposer » et de se reconstituer.

Les avantages pour le jardinier

Avec leur pousse rapide, les engrais verts vont empêcher certaines plantes indésirables de prendre le dessus dans le jardin, assurant donc un désherbage naturel. Ils vont également ameublir la terre à l’aide de leurs racines. La nature va ainsi vous épargner des activités contraignantes comme le désherbage ou le bêchage, pour vous laisser le temps d’observer la vie qui s’y développe

Matériel

La faux, très utile sur les petites surfaces, préserve la faune qui vit dans les parages.

Les avantages pour la faune du jardin

Les engrais verts arborent souvent des fleurs colorées et odorantes prisées par les insectes butineurs : citons par exemple la phacélie, le sarrasin, les trèfles, ou la moutarde, souvent visités par de nombreux insectes… N’hésitez donc pas à laisser fleurir vos engrais verts, les papillons, les auxiliaires mangeurs d’insectes et les abeilles se bousculeront dans votre jardin. Attention cependant à ne pas se laisser envahir par ces plantes à croissance rapide dans votre jardin. Pour cela, vous pouvez couper une partie des plantes avant leur floraison.

Quel engrais pour quel besoin ?

La première chose à faire est de choisir des espèces d’engrais verts suivant le type de sol que l’on possède et suivant les effets que l’on souhaite sur son jardin. Attention aux successions de plantes de la même famille car elles favorisent le développement des maladies et ravageurs, par exemple ne plantez pas de Fabacées après un engrais vert de Fabacées.
Voici un petit tableau avec quelques engrais pour vous donner des idées :

Comment semer son engrais vert ?

Sur une parcelle laissée nue ou entre deux cultures, le semis peut se faire de l’automne au printemps selon la plante. Il faut tout d’abord préparer la terre avec un petit coup de griffe. Puis semer à la volée, enterrez légèrement les graines avec un râteau et tassez. Pensez à arroser pour aider à la levée.

Le fauchage et l’enfouissement

Fauchez avant la montée en graines pour éviter leur prolifération et laissez séchersur le sol quelques jours pour que la plante perde de son eau et ne pourrisse pas dans la terre. Une fois sèche, enfouissez à faible profondeur, entre 10 et 15 cm, car ce sont les micro-organismes de la couche supérieure du sol qui assurent la décomposition et permettront l’enrichissement du sol. Vous pouvez ensuite au bout d’une à deux semaines planter et semer vos nouvelles plantes qui puiseront ainsi les éléments minéraux et organiques disponibles.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis