• Sylvie P a publié une note dans le jardin Logo du groupe Côteau du Barbois : mon jardin sans tondeuse.Côteau du Barbois : mon jardin sans tondeuse. il y a 1 an et 8 mois

    • si je puis me permettre il faudrait supprimer le Buddleja davidii de tous les jardins. Certes il attire les papillons mais c’est uniquement pour se reproduire et envahir. Le Buddleja est une plante envahissante exotique au même titre que le Fallopia japonica. Ayant suivi une formation adaptée je peux vous affirmer qu’en plus d’affaiblir les pauvres papillons,il contribue à leurs disparitions. Autre problème, ses feuilles et ses tiges contenant des molécules toxiques, il est dédaigné par les animaux locaux. S’il attire les papillons, il ne peut servir au développement des chenilles. Et comme le Buddleja élimine les autres plantes, parfois hôtes de papillons, il crée des étendues finalement et paradoxalement peu favorables aux papillons. Le nectar du Buddleja est si attirant pour les insectes pollinisateurs que ces derniers le préfèrent à celui des plantes sauvages. Le Buddleja crée ainsi une perturbation dans l’équilibre entre les plantes et leurs pollinisateurs. Certaines plantes tendent ainsi à disparaître car elles ne sont plus fécondées par les papillons.

      • Pour vous répondre Camila, je vous recopie intégralement ceci (source « Plantez votre haie naturelle » aux édition terre vivante)
        « Au jardin, sans prétention, j’ai mauvaise réputation…
        Il n’est pas possible de ne pas parler d’un arbuste qui fait débat chez les jardiniers et les écologistes : le buddleia ! Son nom latin est déjà sympathique Buddleia davidii, le buddleia du père David. ses petits surnoms aussi : le lilas d’été ou l’arbre à papillons. Il s’accommode à toutes les terres, même les plus ingrates. L’été, sa floraison va du bleu au violet. Certains en ont même vu des roses, des jaunes et des blancs. L’entretien : ridicule. Une bonne coupe bien raide tous les ans, et si vous avez oublié, tant pis, ce sera fait l’année prochaine.
        Son problème : il est considéré comme une plante envahissante. Par exemple par le muséum d’histoire naturelle de Nice. Envahissante ? Oui et non. Sûrement envahissante dans les endroits délaissés et bouleversés par l’homme. Un seul exemple : il prospère le long des voies de chemin de fer. Mais certainement pas envahissante dans les parcs et jardins entretenus normalement.
        Pour en avoir planté dans son jardin, quel jardinier s’est vu envahi de petits buddleias ? »

        J’ai depuis toujours eu des buddleias dans mes jardins. Je n’ai jamais eu à arracher de petits plans poussés spontanément. Je le taille chaque année.
        c’est vrai qu’il attire les papillons, mais je n’ai jamais vu les populations diminuer dans mes jardins. De plus des tas de papillons le délaissent : les Piérides blanches, les « petits bleus », les Cuivrés, les Fadets que je n’ai jamais vu dessus.
        Les plus assidus sont de loin les paons du jour, vulcains, Machaons, Flambés, mais je les vois aussi régulièrement sur d’autres plantes.
        Donc, oui, cet arbuste doit être surveillé et contenu dans les zones où il pose problème, non, je ne l’enlèverai pas de mon jardin.
        Cordialement

        • http://www.jardiner-autrement.fr/les-plantes-indesirables/les-plantes-invasives
          http://www.gt-ibma.eu/wp-content/uploads/2013/11/CG29_2010_plantes_invasives-1.pdf
          http://www.doc-developpement-durable.org/documents-pedagogiques-de-sensibilisation/plantes-invasives-europeennes.pdf
          floredunordest.free.fr/IMG/pdf/invasives.pdf
          http://www.natura2000-picardie.fr/Etude_EEE_Sacy.pdf

          Si vous voulez conservez votre Buddleja c’est votre droit, et si vous ne voulez pas écoutez les professionnels du paysage et les scientifiques c’est comme vous voulez mais dites vous bien que vous contribuez au déséquilibre des espèces végétales et faunistiques à l’échelle locale et nationale. L’homme de tout temps commet des erreurs, on a vendu la Renouée comme une plante géniale aujourd’hui c’est un problème de santé publique, on ne sait pas comment l’éradiquer et elle envahit notre territoire. On a cru bon d’implanter la Berce du Caucase sans se renseigner sur cette plante, sans essayer de la comprendre ou de connaître les dégâts qu’elle causeraient. Les horticulteurs feront tout pour vendre, c’est le nerf de la guerre. Mais aujourd’hui dans un contexte de plan zéro phyto, d’écologie et d’économie verte, tout le monde doit faire machine arrière. J’en constate les effets néfastes tous les jours à mon travail et tous les jours je me bats pour faire entendre raison aux élus, aux citoyens, aux professionnels horticoles ou de l’agriculture. Si nous ne changeons pas très vite nos habitudes, nous courrons tous à notre perte. Cela semble très moralisateur et catastrophique comme scénario, mais c’est la triste réalité.
          Non loin de moi l’idée de vous faire abandonner votre intérêt pour le Buddleja, mais j’estime qu’il est dans mon devoir d’en informer les gens au maximum. Le monde végétal bouge tellement vite qu’on est souvent dépassé. L’homme se rend compte souvent trop tard des dommages qu’il créé.
          Si vous voulez être convaincu par un spécialiste je vous invite à regarder les vidéos d’un homme avant gardiste : Claude Bourguignon.

          Cordialement et amicalement.