S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Secourir un animal sauvage

Il est tout à fait possible qu’en vous promenant dans votre jardin vous tombiez sur un animal perdu, blessé. Vous avez envie de l’aider mais ne savez pas comment faire ? Les « Jardins de Noé » vous donnent les clés pour agir au mieux dans cette situation.

© Eric Ferry ; Bruno Oertel : Biosphoto – Erinaceus europaeus Jardin Alsace France

Les recommandations générales

Vous avez trouvé un animal sauvage en difficulté dans votre jardin et vous souhaitez l’aider ? Sachez qu’il existe et ce quelle que soit l’espèce, un ensemble de règles qu’il convient de respecter pour garantir au mieux la bonne santé de l’animal.

Ce qu’il faut faire

  • Rester calme
  • Utiliser du tissu pour recouvrir l’animal. L’installer dans un carton adapté à sa taille et le laisser au calme.
  • Les jeunes animaux doivent être maintenus au chaud (28°C), utiliser une bouillote si nécessaire mais pas au contact direct de l’animal
  • Faire attention à ce que les mouches ne s’approchent pas des animaux jeunes et/ou blessés
  • Penser à noter le lieu, la date et les circonstances du sauvetage
  • Enfin, appeler un centre de sauvegarde de la faune sauvage qui pourra le prendre en charge (liste disponible sur le site : https://www.secours-faunesauvage.eu/liste-des-centres)

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Ne pas donner à manger ou à boire à l’animal
  • Ne pas lui parler, ne pas l’exposer, ne pas le caresser : il a besoin de calme !
  • Ne pas tenter de soigner l’animal, vous pourriez aggraver son état sans le vouloir
  • Ne pas adopter l’animal : l’adoption d’un animal sauvage est extrêmement réglementée
  • Ne pas installer un oiseau dans une cage à barreaux

© Reinhard Hoelzl : Biosphoto – Pipistrelle commune accrochée à un morceau de bois Autriche

Tous les groupes d’animaux ont leurs spécificités et il serait impossible de toutes les détailler ici. N’hésitez pas à vous renseigner selon le type d’animal devant lequel vous vous trouvez. Les informations sont facilement trouvables sur internet. Par exemple :

Pour les hérissons : http://www.herissons.ch/conseils-d-urgence/

Pour les oiseaux : http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/que-faire-pour-oisillon-tombe-nid-00330.html

Voyons ensemble le cas d’un petit mammifère (écureuil roux, lapereau, hérisson…)

Au préalable, posez-vous les bonnes questions avant d’intervenir :

  • Quel âge a-t-il ?

A-t-il les yeux ouverts ? Présente-t-il beaucoup de poils ? Si oui, il est en train de s’émanciper, il faut le surveiller mais n’intervenez pas. Si non, il est anormal de le trouver seul, vous devez intervenir.

  • Où l’avez-vous trouvé ?

S’il est dans un terrier ou autre abri, il est en sécurité dans son environnement naturel. La mère ne doit pas être loin.

S’il est à découvert et seul, vérifiez si la mère finit par arriver et l’état de santé de l’animal. Si la mère n’apparaît pas et/ou que l’animal semble en mauvaise santé, intervenez.

Exemples : un jeune hérisson seul en plein jour, un jeune écureuil affaibli au pied d’un arbre coupé

  • Si vous estimez que l’animal nécessite une prise en charge, voici les gestes à adopter :
  1. Préparez un carton adapter à la taille de l’animal, sans oublier d’y faire des trous sur le dessus pour permettre à l’animal de respirer. Mettez du papier journal au fond, et un tissu en polaire (évitez tout type de tissu où il pourrait s’y emmêler les griffes).
  2. Ne donnez rien à manger ou à boire à l’animal, cela risque fortement d’aggraver son état.
  3. Pour capturer l’animal, utiliser des gants si possible épais et un tissu. Recouvrez l’animal avec le tissu après l’avoir approché calmement. Le déposer dans le carton. Prenez garde, lorsque vous le déplacez, à être le plus proche du sol possible afin de prévenir toute chute qui pourrait lui être fatale.
  4. Une fois l’animal capturé, garder le carton dans une pièce au calme. Il est nécessaire de maintenir au chaud l’animal, c’est-à-dire entre 25°C et 28°C. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser une bouillotte emmitouflée dans un tissu, à poser dans le carton. Vous pouvez également utiliser une bouteille d’eau chaude.Si besoin, déposez un drap sur le carton pour protéger l’animal des mouches.
  5. Maintenant que l’animal est en sécurité, au calme et bien au chaud, prévenez un centre de sauvegarde de la faune sauvage afin de l’y transporter le plus rapidement possible.

Rappel des gestes à proscrire :

  • Ne parlez pas à l’animal, ne l’exhibez pas, ne le caressez pas. Les animaux sauvages sont très stressés par la proximité avec les humains. N’aggravez pas son état.
  • Ne le nourrissez pas. Selon l’état dans lequel vous l’avez trouvé, il n’aura pas la force de digérer et cela peut empirer gravement son état, voire lui être fatal. Dans le cas de très jeunes individus, leur donner une nourriture non adaptée à leurs besoins peut les tuer rapidement et de manière douloureuse.

_________________

L’adoption d’un animal sauvage n’est pas une option

La détention d’animaux sauvages en captivité est interdite sauf autorisation spéciale. Les animaux sauvages ont des besoins spécifiques que seuls des professionnels qualifiés sont en capacité de délivrer. Les carences dues à une mauvaise alimentation, les blessures à cause d’un mauvais conditionnement, l’application de traitements inadaptés pour soigner une maladie sont autant de conséquences entraînées par une mauvaise prise en charge.

_________________

© S.E. Arndt : Biosphoto – Ecureuil roux (Sciurus vulgaris) femelle transportant un de ses petits hors du nichoir, Dalarna, Suède

Comment éviter de mettre en danger nos voisins animaux sauvages ?

Comme dit l’adage : mieux vaut prévenir que guérir ! Des gestes simples permettent d’éviter une mise en danger de vos voisins sauvages :

  • Ne pas laisser trainer vos outils de jardinage et/ou de bricolage afin de prévenir toute blessure,
  • Plusieurs possibilités pour sécuriser les plans d’eaux, selon le groupe d’animaux
    • Têtards : il est possible de disposer du gravier sur les bords de votre plan d’eau combinés à la mise en place de pentes d’accès douces, c’est une aide précieuse à la sortie des têtards.
    • Chauve-souris : penser à installer une planche de bois sur le rebord de bassin. Ce point fixe permet aux chauves-souris de reprendre leur envol.
    • Hérissons : Installer une planchette rugueuse sur le bord des bassins pour que les hérissons puissent remonter. Ne pas hésiter à mettre en place une bâche.
  • Surélever les barrières (10 cm environ) pour permettre le passage de la petite faune,
  • Penser à bien fermer la cabane si vous en avez une pour éviter que les animaux ne s’y retrouvent coincés,
  • Veiller à ne pas laisser sortir le chat la nuit ou bien à lui mettre un dispositif sonore pour alerter ses proies. Minou est un grand prédateur et les chauve-souris font parties de son tableau de chasse.

Vous avez maintenant tous les outils pour devenir un secouriste hors pair des animaux sauvages de votre jardin !

Sources :

http://www.ufcs.fr/spip.php?rubrique2

https://www.secours-faunesauvage.eu/liste-des-centres

https://www.aspas-nature.org/exclure_accueil/dois-faire-trouve-animal-sauvage-blesse/

https://www.centredesoinsfaunesauvage.com/secourir-un-animal

http://associationchene.com/centre-de-sauvegarde/les-accueils/

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=1D4067548E5E8CA3084A3BD19A77325A.tplgfr25s_3?idSectionTA=LEGISCTA000033030539&cidTexte=LEGITEXT000006074220&dateTexte=20170626

 

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis