S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Pourquoi protéger les insectes en hiver ?

Quand vient l’hiver, les insectes deviennent rares. Leurs organismes s’adaptent à l’arrivée de conditions extrêmes et ils modifient considérablement leurs habitudes.La nature leur a permis d’adopter des comportements d’adaptation à leur milieu de vie et au manque de nourriture. En ralentissant leur développement (volontairement ou involontairement), les insectes diminuent leurs besoins énergétiques, ce qui leur permet de vivre sur leurs réserves plus longtemps.

Quand ils hivernent, certains rentrent en diapause (obligatoire ou facultative), une phase d’arrêt du développement de l’animal pendant des périodes défavorables de l’environnementIl est important de comprendre et savoir comment protéger nos amis les bêtes qui se trouvent vulnérables lors de ce mode de vie ralentie.

Hibernation et Diapause

Lorsque les animaux hibernent, ils passent l’hiver en état d’hypothermie (durant plusieurs jours ou semaines, mois) ils abaissent la température de leur corps au-dessous de la normale et puisent dans leurs réserves de graisse qu’ils ont stockées pendant les mois actifs (printemps, été, automne…)

Les animaux qui hibernent : la Marmotte, le Loir, le Lérot, le Hérisson, la Grenouille, le Lézard, la Tortue ainsi que certains hamsters, souris, poissons et chauves-souris.

Les animaux qui hivernent quant à eux,passent l’hiver à l’abri. Leur température ne descend pas significativement et ils restent en vigilance.

© Pierre Vernay / Biosphoto

Les vertébrés qui hivernent : l’Ours brun, le Blaireau européen, l’Écureuil roux, les oiseaux.

Les invertébrés qui hivernent : la Coccinelle à deux points,certains moustiques, les punaises (ex. : gendarmes), le Perce-oreille des jardins, le Grillon des champs,certains papillons (le Citron , la Grande tortue, le Moriole Paon du jour)

Les insectes cités ci-dessus hivernent sous la forme adulte par diapause. Comme nous le disions précédemment, c’est une forme de vie ralentie (génétiquement déterminée) qui survient lors de périodes défavorables de l’environnement. La diapause peut se produire à n’importe quel stade de développement : de l’œuf, de la larve, de la nymphe ou période de vie léthargique de l’adulte.

Déclenchée par la diminution des jours (Photopériode) et levée par un passage au froid. C’est un moyen d’adaptation qui prend en compte la variabilité des climats, des milieux et des espèces.  Cela leur permet de synchroniser le cycle de vie des insectes avec les variations saisonnières et en particulier le développement des plantes. L’état de diapause est induit avant l’hiver. Une fois que les périodes défavorables sont passées, leur développement reprend et ainsi les insectes passent l’hiver puis reprennent leur activité. Pour sortir de diapause, l’horloge interne des insectes leur permet de mesurer le temps écoulé depuis le début de l’hiver en « comptant » la quantité de froid cumulée depuis leur entrée en diapause. La diapause peut donc se prolonger sur plusieurs années.

Prédation et parasite

La prolongation de la diapause peut entrainer une plus grande disposition pour les prédateurs et les maladies. Par diapause les espèces s’adaptent à leur milieu et aux facteurs environnants. Avec le changement climatique, certaines espèces ne s’adaptent plus et ne peuvent survivre. Plus étonnant, certains parasites ajustent leur développement à celui de leur hôte. Par exemple, les larves du parasite Aphidius nigripesmanipule son hôte qui est le puceron de la pomme de terre pour influencer son comportement de sorte que ce dernier se déplace vers des sites à l’abri du froid. La diapause est un mécanisme complexe et on ne sait pas aujourd’hui comment va évoluer ce mode de vie avec le changement climatique sur le long terme. La prédation permet de réguler les populations mais qu’en est-il sur l’impact sur les prédateurs. Si les chrysalides de la processionnaire du pin rentrent en diapause sur plusieurs mois, son prédateur la Huppe Fascié Upupa epopspourra ainsi permettre qu’elle ne se développe pas et n’attaque pas l’arbre. Mais quel est l’impact sur le long terme sur la Huppe Fascié (milieu, régime alimentaire perturbés etc..)

© Brian Bevan / Ardea / Biosphoto

Favoriser les abris 

Suivant leur stade de développement, les insectes optent chacun pour une stratégie différente d’hivernage. La Mante religieuse Mantis religiosa va pondre ses œufs sous forme de mousse, laquelle durcira et formera une capsule qui protègera les œufs du froid. Les larves de coléoptères creusent un trou dans le sol ou s’abritent dans les souches. Pour les papillons, les chenilles doivent trouver des abris à proximité des hibernaculums (abris à l’aide de feuilles ramollies « cousues » par un fil de soie). Les adultes qui sont de taille plus imposante doivent trouver des espaces les protégeant de l’humidité et du gel. 4% des espèces de papillons hivernent sous le stade adulte. Si vous en croisez, ces derniers ne sont pas morts, il faut faire attention à ne pas les déranger.

Voici quelques idées d’abris pour papillons à favoriser dans son jardin :

 

  • Le Citron (Gonepterys rhamni) hiverne par diapause au stade adulte. Il s’abrite sous lierre ou les espèces végétales denses, il n’apprécie pas les endroits fermés.
  • Le Paon du jour (Aglais io) hiverne par diapause au stade adulte. Il apprécie les endroits fermés. C’est pourquoi il préférera s’abriter à l’intérieur de hangars, greniers, tas de bois. Vous pouvez alors laisser un tas de brindilles. Ou créer un plateau en hauteur que vous ne dérangerez pas jusqu’à ce que les beaux jours reviennent. Particularité : Le paon du jour peut survivre jusqu’à -20°C
  • Le Vulcain (Vanessa atalanca) ; la Petite tortue (Aglais urticae) et le Morio (Nymphalis antiopa) hivernent par diapause au stade adulte. Il s’abritent sous le lierre mais aussi au sein des greniers et granges. Vous pouvez lui créer également un hibernaculum . Pour cela, aménagez dans votre jardin un tas de grosses pierres avec quelques branches et feuilles que vous avez ramassées cet automne.

Définitions :

Hiberner : « Passer l’hiver dans un état d’engourdissement, de vie ralentie, de torpeur, d’insensibilité.» source : Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales

Hiverner : « Passer l’hiver dans un endroit abrité ou dans un lieu tempéré. » source : Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales

Diapause : « C’est une forme de vie ralentie, génétiquement déterminée, une phase d’arrêt du développement pendant des périodes défavorables de l’environnement. » source : Encyclopaedia Universalis

Photopériode : Rapport entre la durée de jour et de nuit sur 24 heures

 

Bibliographie :

  • Bernard Mauchamp, « La DIAPAUSE ou comment passer l’hiver dehors quand on est un insecte », Insectes un autre monde parmi nous, OPIE, N°69, 1988.
  • Anne Dozières, Julie Valarcher, Zoé Clément, Papillons des jardins, des prairies et des champs,Guide de terrain pour les Observatoires de sciences participatives, Muséum National d’Histoire Naturelle/Vigie-Nature, Noé, 2017, 134 pages.

 

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis