S'informer : Les Conseils de Noé

Ces fiches conseils expliquent l’intérêt des 10 gestes de la Charte des Jardins de Noé et comment les mettre en pratique.

Planter une haie champêtre

Faire bien plus qu’entourer votre jardin !

Une multitude de plantes et d’animaux viennent trouver un abri, se nourrir, ou se reproduire dans les haies champêtres. Avec leur disparition dans les campagnes et l’urbanisation galopante, en planter une dans son jardin est un bon coup de pouce pour la nature. Découvrez comment mettre en place dans votre jardin une haie utile pour la biodiversité…

Faire bien plus qu’entourer votre jardin !

Planter haie
© NouN / Biosphoto

Tout d’abord, quelques principes de base à ne pas oublier !

  • Pour une haie variée et vivante, laissez libre cours à votre imagination et ne lésinez pas sur les arbres fruitiers. Variez les essences car chacune d’elles remplit des fonctions différentes, et pensez aux arbustes locaux (hêtre, chêne, orme, cornouiller, sureau, aulne, saule, noisetier, fusain, viorne, aubépine, prunellier…) ! Renseignez-vous auprès des pépiniéristes de votre région et privilégiez les espèces sauvages (plus résistantes et plus appréciées par la faune sauvage).
  • Laissez pousser les plantes aux abords de la haie, ce qui assure une transition bienvenue entre le jardin – pelouse, potager – et le cœur de la haie. Il est inutile de désherber au ras du sol sous la haie, car sa densité limite rapidement la croissance des plantes herbacées.
  • Laissez quelques branchages morts ou quelques bûches et préservez les troncs creux, ils abritent des insectes xylophages dont sont friands de nombreux petits passereaux.
  • Favorisez les plantes grimpantes qui étofferont la haie : rosier, églantine, chèvrefeuille, lierre (les dernières fleurs de l’automne pour les abeilles et papillons), clématite, etc.
  • Pour garantir une protection visuelle en hiver, penser à l’if, au buis, au houx, au laurier-tin, au troène de France – qui ont un feuillage persistant – ou au charme, dont les feuilles, bien que sèches, restent en place tout l’hiver jusqu’à l’arrivée des nouvelles. La meilleure façon de savoir quoi planter est de regarder les vieilles haies vives des alentours, dont les espèces sont adaptées aux conditions locales.

Astuce !

Attention à ne pas confondre le troène de France (Ligustrum vulgare) et le Troène de Chine (Ligustrum lucidum). Ce dernier – le plus répandu dans nos jardins ! – est bien moins bénéfique aux insectes et animaux, et ses baies sont toxiques. Pour le reconnaitre, observez les feuilles : le Troène de Chine les a pointues et coriaces.

Installer votre haie

La haie libre ? C’est la plus naturelle ! Les arbustes n’y sont jamais taillés au carré. La haie forme souvent deux rangées en quinconce espacées de 75cm. Une distance d’un mètre sépare chaque plant d’un même rang. Le choix entre la haie libre et la haie taillée peut dépendre de la place dont on dispose. En effet, la loi exige que toute plantation se fasse au minimum à 50cm de la limite de propriété si elle ne dépasse pas 2m de hauteur. Les arbres de plus de 2m de haut devront être installés à plus de 2m de la limite. Renseignez vous auprès de votre mairie pour avoir tous les détails juridiques sur ces éléments.
Et n’hésitez pas à mélanger les différents types de haie pour qu’il y en ait pour tous les goûts !

Planter votre haie

  • Préférez planter entre septembre et mai les espèces à feuilles caduques qui tombent en hiver et en septembre-octobre ou mars à mai les espèces à feuilles persistantes.
  • Si vous plantez un arbuste en pot, sortez l’arbuste de son conteneur et éliminez le terreau appauvri en surface. Si vous plantez un arbuste en racine nue (sans motte de terre), démêlez les racines pour qu’elles puissent coloniser rapidement la terre du trou de plantation et taillez celles qui sont chétives.
  • Préparez un trou de plantation d’un volume au moins deux fois plus grand que celui de la motte (ou des racines pour les plantations en racine nue), et aérez la terre au fond, pour la rendre plus légère et faciliter ainsi la pénétration des racines dans le sol.
  • Enrichissez la terre du fond ainsi que la terre extraite du trou avec du compost ou un engrais organique naturel, par exemple à base de sang séché, de fumier, de corne broyée ou de fiente de volaille.
  • Pour les arbustes en racine nue, effectuez maintenant le pralinage : trempez la motte dans un mélange d’eau et de terre pour humidifier les racines.
  • Mettez ensuite l’arbuste en place dans le trou en veillant à le positionner le collet (partie basse de l’arbuste, juste au dessus des racines) à même hauteur que dans le conteneur.
  • Comblez le trou par la terre enrichie et tassez légèrement.
  • Terminez par un arrosage.
  • Vous pouvez aussi étaler un paillis autour du pied, qui gardera l’humidité pour votre plant.
    Il ne vous reste plus qu’à profiter du spectacle que vous offre la nature !

L’anecdote

Les haies régulières et denses ne sont pas nécessairement des remparts efficaces contre le vent. Leur forme détourne le vent et crée des mini-tourbillons, de même qu’un mur. Une haie de hauteur variable, moins dense, est par contre un excellent brise-vent…

Entretenir votre haie

* A l’automne, si les feuilles mortes tombées au sol sur votre pelouse vous gênent, ne les jetez pas à la poubelle. Rassemblez-les au pied de la haie ! Elles serviront de nourriture aux cloportes, vers de terre ou autres bactéries, et feront un excellent engrais naturel. C’est aussi le matelas hivernal des hérissons !
* Taillez la haie en hiver, et idéalement, pas d’un seul coup.
* Laissez les déchets de coupe un jour ou deux au pied de la haie avant de les enlever, ce qui permet aux insectes notamment d’avoir le temps de rejoindre les parties sur pied.
* Utilisez des outils bien aiguisés, qui laisseront des tailles nettes, plus faciles à cicatriser.
* Si vous avez un broyeur, broyez les branches pour les mettre au compost, pour les utiliser comme BRF ou tout simplement comme paillis. La taille est ainsi recyclée et n’encombrera pas vos poubelles !

Notes et références

Bibliographie

Le jardin naturel, Vincent Albouy, Delachaux et Niestlé, 2005

Partagez sur les réseaux sociaux :

Donnez votre avis