Fabriquer un abri pour le hérisson

Petit mammifère omnivore, le hérisson d'Europe est un animal à la fois inoffensif pour l’Homme et très utile au jardinier. Très friand de limaces, escargots, chenilles ou encore larves en tout genre, il contribue à la régulation naturelle de nombreux ravageurs. En outre, il est assez peu exigeant et s’installera facilement dans votre jardin, pour peu qu’il y trouve des proies à son goût et un gîte à sa convenance !

Votre jardinier particulier

© F. Bidault / Biosphoto

Mode de vie

Bien que menacé et en déclin, le hérisson se rencontre partout en France. Son activité nocturne le rend cependant difficile à observer. Dès la tombée de la nuit, et jusqu’au petit matin, le hérisson se consacre quasi exclusivement à la chasse ; activité dans laquelle il excelle. Œufs de serpents, grenouilles, lézards, ou encore jeunes mulot ; le hérisson ne se refuse aucune gourmandise de la friche où il niche.

 Cyril Ruoso-Bios_80992.jpg
© C. Ruoso / Biosphoto

Hibernation

Dès la fin de l’automne, le hérisson part en quête d’un site propice à son hibernation. Il le choisira à l’abri du froid et du vent, généralement sous un tas de bois, un tas de feuilles mortes ou encore un arbuste. Une fois le site idéal trouvé, il s’y aménage un petit nid capitonné de feuilles ou de mousse. Pour l’aider dans sa tâche, pensez donc à lui laisser de part et d’autres de votre jardin quelques tas de feuilles mortes ! Une fois qu’il sera entré en état de vie ralentie, veillez à ne surtout pas l’interrompre dans son cycle biologique, et laissez le dormir jusqu’au printemps suivant. À chaque réveil il épuise en effet une part importante des ses réserves d’énergie, et chaque dérangement peut donc lui être fatal pour passer le reste de l’hiver. Le hérisson se réveillera définitivement vers le mois d’avril, quelque soit les conditions climatiques.

Mathieu Pujol -Bios_1440769.jpg
© M. Pujol / Biosphoto

Pourquoi favoriser l’accueil du hérisson dans son jardin ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu dans le déclin des populations de hérissons.  Si leurs pics sont une arme de défense redoutable contre les prédateurs, ils ne peuvent en revanche pas lutter contre les conséquences des pesticides et des insecticides présents dans leur environnement et dans leur alimentation.  Ils subissent également les effets de la disparition progressive des paysages de bocage, et des cloisonnements trop parfaits de nos jardins, ce qui leur empêche d’y accéder. Pour les y inviter, veillez donc à laisser une ouverture de 10 cm en bas de votre clôture !

Statut de protection

Depuis avril 1981, le hérisson d’Europe bénéficie d’un statut de protection total. C'est-à-dire qu’il est interdit de le détruire, de le naturaliser, de le capturer, de le commercialiser ou même de le transporter ; qu’il s’agisse d’un individu mort ou vivant.

Aménager des abris à hérisson

* Son habitat naturel : le hérisson passe l’essentiel de sa journée à se reposer, réfugié dans un abri qu’il se sera lui-même aménagé sous un tas de feuilles mortes ou sous un buisson par exemples. Il pourra ainsi élire domicile à la lisière d’un bois, dans un pré bordé par une forêt (paysage de bocage) ou encore dans un jardin.

* Lui aménager une caisse retournée : le hérisson n’est pas très exigeant, et se contentera grandement d’une caisse retournée et ouverte vers l’extérieur, si possible orientée sud-est. Recouvrez-la ensuite de feuilles mortes pour l’isoler du froid et de l’humidité. Inutile de disposer des feuilles ou autres débris végétaux à l’intérieur, le hérisson s’en chargera lui-même.

NouN -Bios_1250761 (1).jpg
© NouN / Biosphoto

* Lui aménager un tas de bois : Si vous désirez lui confectionner un abri plus élaboré, vous pouvez également lui aménager un tas de grosses bûches, haut de 50 cm environs. À la base de l’abri, laissez un espace libre d’environ 20 cm de hauteur et ouvert sur l’extérieur. Protégez l’abri en le recouvrant de feuilles mortes, de paille ou encore d’une bâche.

* Faire un compost : enfin, le hérisson se réfugiera volontiers dans votre compost de jardin, où il pourra passer l’hiver au chaud. Outre un nid douillet, il y trouvera également quantité d’insectes à son goût.

Notes et références

Bibliographie

Laisser la nature entrer dans votre jardin, Noé Conservation, éditions Michel Lafon, 2010 Les bons réflexes pour un jardin écologique, B. Boudassou, Rustica éditions, 2000

0 commentaires

Commenter